APicADay – Rock coiffeur

Le soleil se couchait,

l’eau devenait lisse

et de toute évidence

les rochers avaient raté

leur rendez-vous

chez

le coiffeur…

Publicité

APicADay – Et Dieppe en Falaises..

Dieppe en falaises

Alors on prend le vent en face, et les embruns aux yeux,

et l’on s’étonne un peu que les mouettes en passant aient fait un si gros trou dans la couverture de nuages.

Les falaises impassibles accueillent le ressac avec la force tranquille d’un mur de calcaire.

Ici tout est mer, éther et terre.

Et lumière…

 

APicADay – Mettre les Voiles

Le ciel était laiteux ce jour-là encore, pastellisant ainsi toutes les couleurs. Les voiles en contrebas étaient tranquilles et nonchalantes en l’absence de tout vent. Pas même une petite brise pour venir les agiter et leur donner envie de prendre la mer.

Alors mettre les voiles ? Ok, mais après la lenteur du temps et la douceur d’une sieste dans le silence des drisses.

APicADay – Ferraille Fatale

Ils en ont chopé des sirènes, des oursins et des baleines,

ces hérissons de mer.

Bois armé, tiges métalliques, qui ose si frotter s’y pique,

puis finit dans les filets.

Ici, la cote est dangereuse, on a les requins qu’on peut,

des dents de la mer immobiles,

mais impitoyables à marée haute.

on vous aura prévenus…

APicADay – La Mer et les Rabbits (et les bateaux aussi)

Là où j’habite, y’a des mini rabbits.

C’est comme des lapins, mais ceux-là sont petits, tout petits, et magiques.

Du matin au soir, ils s’affairent, entre terre, ciel et mer, pour changer le paysage,

comme des machinistes au théâtre changent les décors.

Sur la mer, ils s’en donnent à coeur joie,

un coup un bateau comme ci, un coup un bateau comme ça,

Cargos, paquebots, ferries et bateaux de croisière,

Canots, voiliers, chaluts ou pétroliers,

ça dépend de leur humeur.

Du coup, aller à la plage, c’est aller au théâtre,

en ne sachant jamais quelle pièce on va y jouer…

 

(et puis, à terre, ils font la nique à la superstition qui dit :

« sur un bateau, on ne prononce pas le mot « rabbit » !)

 

APicADay – D’un quai à l’autre

Deux quais et entr’eux deux la Seine.

Derrière moi, un musée, le musée des Bozarts.

Et puis aussi la ville, les immeubles du bord de mer, le port de plaisance, la plage.

Et là, là devant, c’est un autre monde qui s’étend, un monde de quais, de port, de silos et d’usines, c’est l’industrie qui s’étire en estuaire.

Et me fascine.

Jamais je ne me lasse de ces paysages urbains, de métal et de rouille, de hangars et de grues, d’eau et de béton.

Bienvenue là où j’habite. J’habite un port, et ça n’est pas anodin…

(d’ailleurs, c’est écrit là… (cliquez ICI si vous voulez…))