Un autre 31 décembre

J’en ai quelques-uns au compteur,

Vu de toutes les couleurs,

Des roses d’enfant qui ne comprend pas

Un nouvel an ? ça veut dire quoi ?

Des bleus d’espoir de vie devant soi

Des gris d’ailleurs loin de chez moi,

Des noirs quand la lumière ne veut pas.

Des beaux,

Des doux,

Des moches…

Aujourd’hui, j’oscille

Entre mauvaise humeur et

Rien

Entre bof et

Peut-être

Entre à quoi bon et

Mais si, mais chouette !

Entre sourire et

Le reste.

 

Puisqu’il ne tient qu’à moi,

Je vais choisir la joie,

La musique,

Les couleurs,

Les mots,

Les rires…

Prise en roulant, pas au volant bien sûr, donc pas nette, mais la route était belle…

… et la photo.

Parce que c’est une photo d’été,

De voyage et de route,

Et la route me manque,

J’espère la retrouver.

Une photo de ciel bleu et de nuages,

De couleurs vives et d’autres tendres,

De pentes douces,

Et de nature…

 

Je n’ai pas effacé tous les traits de crayon, l’est encore brut, Herbert

Et puis…

Clin d’œil sourire,

En ces temps parfois obscurs,

Je vous présente Herbert,

Un petit mignon créé par un BDiste Québécois,

Dont j’ai suivi un tuto cette semaine.

Herbert court, sa lanterne sur la tête,

Il aimerait tant attraper la lumière,

Il est comme ça, il rêve Herbert…

 

Enfin

Les mots sont devenus plats à force d’avoir servi

D’avoir été dits, écrits, lus et entendus

Partout.

Mais leur force est d’être vrais encore

Parce que l’on ne peut souhaiter autre chose,

Alors ils sont à lire tels qu’ils sont envoyés

En toute sincérité.

Je souhaite que votre année qui s’entre-ouvre

Se trouve être la plus

Belle…

 

La vie d’chateau

C’était au chateau de Gonfreville, dans les jardins.

La vue sur Seine, et ses usines,

et le Pont de Normandie au loin.

Du fond de cette parcelle, si l’on se penche un peu,

on pourrait presque toucher du doigt

l’autoroute en lacet accrochée à ses pieds…

Ce doit être beau, la nuit, quand l’industrie s’efface en laissant les lumières allumées.

Mais ça pue le jour, quand tout tourne à plein, et que le vent se charge de balader les relents..

 

 

 

 

Je vole du temps

Dans cet automne à l’air d’été,

Et cette rentrée si étrange,

Toute en méfiance masquée,

Je vole du temps

Au tracas,

A la tristesse et aux demains sombres,

Et je m’évade.

Je m’offre des mini-vacances,

Le temps d’un jour,

En ailleurs proches

Ou même chez moi,

Parce que le voyage

C’est parfois, souvent,

Un simple changement de regard.

J’enfile des sandalettes,

Du lin et du coton,

Je prolonge mon été,

Et prends quelques acomptes

Sur le bonheur.

L’autre samedi à Pont L’Évêque,

Celui-ci à Honfleur,

Honfleur. Ville d’eau,

Pas en termes de thermes, non

Mais de lavoirs et d’abreuvoirs

De bassins et de mer,

De fleuve et de rivières

De ponts et d’estuaire.

Joli petit port de carte postale.

Les bâtisses qui, comme des cartes à jouer,

Se dédoublent en reflets,

Une façade sur la terre ferme,

L’autre plongée dans l’eau,

Qui frissonne et tremblote,

Au gré du vent.

Brise ou bise qui joue aussi

De la musique

Dans les mâts et les voiles,

Des bateaux chamarrés

Amarrés aux quais.

Ce samedi,

C’était vacances, donc

Comme une avance sur le bonheur,

Parce que la vie, c’est maintenant,

Et que demain… ?

On verra bien…

 

Si vous voulez écouter la version audio, cliquez ici :

 

 

T.T. Où ?

2 petits jours, c’était prévu.

Jour 1 pour l’opération,

Jour 2 pour surveillance et observation.

C’était

Il y a

Bientôt 4 semaines.

 

Ça ne s’est pas passé ainsi,

Complications,

Complications,

Les complications, c’est compliqué à gérer

Et ça fatigue.

 

Alors mon blog est resté muet.

Après des mois de ‘APicADay’,

Quelques jours de partage en « porte à porte »

A quatre mains,

Silence.

 

Parce que le mot « silence » peut rimer avec

Indifférence

Et négligence,

Et que ces deux mots-là je ne les aime pas,

Aujourd’hui j’explique…

 

Je reviens,

Tout doux,

Les mots en court,

Des photos peut-être,

Mais je reviens,

Je reste pas loin…

 

 

Brèves de clinique

Il a les yeux bleus,

D’un bleu plus beau que son masque

Les cheveux denses,

Poivre et sel,

Et du rire dans les rides,

De la joie dans les pattes d’oie.

En ce moment où tant de choses m’échappent

Même la moitié de son visage,

Je décide que, sous le masque,

mon brancardier est beau.

Ce ressenti-là, je peux le choisir…

 

***

Ici le ciel est jaune pâle,

Le soleil est métallique,

Et électrique.

Même s’il est encore éteint –

Heureusement car je n’ai pas mis mes lunettes

de soleil,

Je peux en imaginer la puissance.

Allongée sur le billard,

Pas de queue, juste les boules,

Deux ailes se déplient,

De chaque côté,

On y étend mes bras,

Me voilà crucifiée.

J’espère que mon Ponce Pilate s’est bien lavé les mains,

« A tout à l’heure », me dit-il.

Je souris,

Et

Plus rien,

La nuit m’a envahie…

 

Elle m’attendait au jardin, à mon retour, la belle odorante…

La Porte (9 et fin)

Pour les épisodes précédents, il faut cliquer ici

La gardienne de ce temple n’avait pas envie de céder. Eh bien, elle allait entreprendre autre chose de plus radical comme les mots doux n’avaient point les effets escomptés.

Aussi, elle se transforma en une torche vivante tel un bûcher venu des fonds des âges et qui avait déridé d’un seul coup le bourgeois au visage de l’effroi.

On aurait pu s’attendre à ce que le béotien prenne ses jambes à son cou telle une comète à la chevelure de feu dessinant dans un ciel d’été une future apocalypse pour les terriens superstitieux jusqu’à la moelle des os surtout ceux du fémur.

Il n’en était rien. Planté comme une statue dans le cimetière du Père-Lachaise, la barbe fleurie, le bras gauche levé vers la porte enflammée et le bras droit désignant le fleuve à portée de main, la bouche ouverte vers le néant d’une voix qui s’était réfugiée bien loin dans le fond du gosier, il ne tentait aucune résistance à son sort scellé par son entêtement.

La Porte reconnaissait que l’homme avait du courage en posant comme un ancien sémaphore du rail, ce qui l’avait refroidi un tantinet sur le bord du chambranle.

Mais, il fallait en finir. Alors, par un effet dont la magie elle-même ne comprenait pas ce tour, la Porte avança vers ce têtu bipède pour le rôtir de son impertinence et l’emporter très loin dans les méandres d’un enfer dont le nom était tabou si ce n’est que personne n’était revenue pour le chanter voire le dire ou bien l’écrire tout simplement pour informer le commun des mortels.

Ainsi la Porte et le Bourgeois ne faisaient qu’un dans les flammes…

 

(texte de Max-Louis/Iotop)

 

(Merci beaucoup à Max-Louis – Iotop pour ce partage d’écriture, j’ai aimé faire ce ‘porte à porte’ à quatre mains)

La porte (7)

Pour les épisodes précédents, il faut cliquer ici

Naples toujours

La Porte grinça par une inflexion à peine perceptible à l’encadrement et souffla par quelques-uns de ses interstices déployés par les armées de décennies telles des rides qui s’envisagent comme un ciel d’automne prêt à fondre sur le paysage ingénu qui n’attend pourtant que le fouet bienfaiteur qui commande les saisons.

— Dites-moi, le Bourgeois, vous m’avez tutoyée sur le bord de ma traverse, présentement ?

— Je vous tutoyâtes, là, présentement ?

— Ne faites point l’innocent qui voit son mauvais visage pour la première fois dans une flaque d’eau de printemps qui n’a de source que de vous rendre votre vraie nature.

— Alors, cela m’échappâtes par excès de confiance…

— Pour me séduire ? m’envoûter ? me charmer ? me troubler ? me captiver ? m’enchanter ? me dominer ? me conquérir ?…

— Au vrai, ce tutoiement est une audace incontrôlée, une méchante position à l’emballement de mon désir de franchir votre seuil, de tenir ma promesse d’être présent à ma réunion secrète parmi mes pairs…

— Des complotistes dans mes murs ?

— Est-ce ma raison qui chavire ou bien la tentation de vous séduire… j’en suis à ce genou à terre pour pardon et les yeux de honte sur les pavés auxquels des histoires bien horribles ont été contés…

— Conté ? Je vous parle de fromage, moi ?

— M’enfin ! Ouvrez-moi !!!

— Votre injonction est déplacée et tenez-vous en bourgeois responsable de ses actes.

 

Quand un auguste personnage bouscule le Bourgeois qui ployait à genoux son désarroi…

texte de Max-Louis, alias Iotop

APicADay – L’Arno d’Or

 

C’est un pont sur l’Arno, un vieux pont, comme une rue bordée de boutiques, grouillante et bruyante du levant au couchant. Autrefois le fleuve était rouge du sang versé par les bouchers qui travaillaient là, dans leurs minuscules échoppes. Aujourd’hui, c’est d’or que le fleuve est teinté, les bijoutiers ont pris la relève, les bijoux s’étalent en vitrine.

L’Arno

Florence

La Toscane

L’Italie…

Comme un petit air de paradis…

Porte à porte (1)

Avec Max-Louis du blog Le Dessous des Mots ( https://ledessousdesmots.wordpress.com ), nous avons fait un peu de porte à porte, enfoncé des portes ouvertes, balayé devant notre porte… Aventures racontées à quatre mains et en plusieurs paragraphes, dont voici le premier qui a été écrit par Max-Louis. La suite demain, sur son blog à lui avec ma deuxième partie à moi. 

***

*

La Porte était au seuil de sa réflexion que l’on frappe d’un objet genre pommeau de canne bourgeoise sur son panneau chêne sculpté … à la ferronnerie de belles figures.

— ¡Hola! Qu’est-ce ? Voilà t’y pas un bourgeois impertinent !

— «L’aile n’est pas celle que l’on pense»

— Le mot de passe est erroné, veuillez recommencer !

— Comment erroné ?

— Écoute bourgeois, j’ai la fibre végétale sensible aujourd’hui, alors, si je te dis : « Le mot de passe est erroné, veuillez recommencer !», ce n’est pas pour le plaisir.

— Ah ? alors : «L’on pense que l’aile n’est pas icelle»

— C’est mieux, mais ce n’est pas ça.

— «Pense que l’aile n’est pas à la selle»

— Mais ça ne veut rien dire, bougre d’âne !

— Bon Dieu de bois, il faut que je rentre !!!

— Que nenni mon bon, je ne suis pas la première venue à qui l’on conte fleurette, j’attends et j’ai tout mon temps, moi !

 

(à suivre ici, chez Max-Louis)

 

 

 

APicADay – La tête et le coeur

Naples, Villa Floridiana

On dit que ces deux-là ne font pas bon ménage, que souvent le coeur emmène là où la tête et la raison ne regardent pas, ne veulent pas voir.

Il semble ici que le coeur s’en soit sorti mieux que la tête, il est resté entier, sous le crâne accroché…

Je suis repartie en balade à Naples ce soir, je ne m’en lasse jamais…

APicADay – Musée again

C’était aujourd’hui la réouverture du MuMa.

Il y avait un monde fou…. enfin, je n’en sais rien, à vrai dire…

je n’y suis pas allée.

Après ces quelques mois de sevrage, les dingues d’art devaient être légion à vouloir revoir ce lieu si plein de beauté et de lumière.

Exposition Philippe de Gobert pour cette réouverture, je vous dirais comment c’est

quand j’irai…