Flamie, Princesse Myrtille, Marquise de Petits Pas

Cela fait maintenant un peu plus d’un an et demi que la Demoiselle a pris ces quartiers chez moi. Caractère bien trempé, machine à ronronner très fort, cet héritage au pelage tout doux, légué par mon Frère parti bien trop tôt, est une source permanente de surprises et de sourires. Si la cohabitation avec Monsieur Bingo n’est toujours pas simple, la Belle se sent de plus en plus à l’aise, et passe de nombreuses soirées couchée sur mon bureau, à coté de moi, voire à tchatter avec je ne sais qui, étendue sur mon clavier, actionnant les touches au petit bonheur la chance…

Publicités

Ciel de Route

Parfois quand le ruban de la route défile, le ciel s’invite en grand, s’impose dans le pare-brise,  s’immisce dans mes pupilles, se fixe sur mes yeux.

Rien ne sert de les frotter, il est aux iris accroché…

Alors … je lui cède, je ne sais rien refuser au ciel…

 

Cheminées de Mer…

L’atmosphère ici est parfois si bleue que même les cheminées de la Centrale Thermique font des rêves balnéaires. Elles envisagent la perspective de se rapprocher de la mer…

Mais il y en a une qui tousse, toujours, il faut dire qu’elle fume, depuis bien longtemps, et qu’elle est bronchitique. Alors ses émissions nauséabondes froissent l’humeur du ciel, et il devient plus sombre…

Omniboat stop

J’attendrai là, à l’arrêt,

Que le bateau passe me chercher.

J’achèterai un titre de transport,

Un billet pour le large,

Un aller-simple pour l’Horizon (ça c’est le nom de la station),

D’une durée illimitée,

Puisqu’elle se dérobe sans cesse, la station,

Et avec elle, recule l’Horizon,

J’adopterai le bruit des vagues, et me ferai bercer,

Ou bien chahuter par les flots,

Bousculer par les déferlantes, et je prendrai le ris,

Pour faire une révolution

Complète…

Alors je serai de retour

Dans 365 jours,

Un quart,

Si le bateau n’est pas en retard…

Oxymores Photosémantiques V2

Le message se brouille, de lettres mal choisies, mal menées, en signes qui dessinent des perspectives trompe l’œil. Et sur le métal froid les cœurs lames de couteau poignardent l’espoir et mettent le feu aux sentiments. Aux dernières nouvelles, pas de changement, la haine ça rend toujours c…

Il neige sur l’amour comme des flocons de ‘N’, émotions glaçantes, sentiments givrés. Pour déclarer sa flamme, il faudrait rompre la glace, et c’est déjà une rupture, une mauvaise direction, un non-sens… L’amour, l’Amor, se nourrit d’oxymores…

Les P’tits Bateaux…

 

On avait convoqué les bleus,

Ceux du ciel et de la mer

Des bleus profonds, et puis des clairs,

Et aussi invité Éole avec toutes ses trompettes,

Fallait que ça souffle,

Fallait de l’air dans les voiles,

Et puis le vent en poupe

On avait prié le soleil pour qu’il se montre généreux,

Pour qu’il souligne d’un trait gracieux

Nos blanches falaises,

Tout, on a tout eu !

Coquilles de noix en défilé,

Triangles multicolores

Rails d’écume…

C’est que…

Si on sait accueillir, ici,

On sait aussi raccompagner…

(Départ de la Transat J. Vabre, novembre 2017)

Industrielle, la zone

Elle fume depuis si longtemps,

Qu’elle a les poumons encrassés,

La Zone.

Elle est sale, elle pue,

Mais parfois, en nocturne,

Elle se la joue paillette,

Et brille de tous ses ors,

Les spots se font lampions,

Les phares filent en colliers,

Dorés,

Et l’on dirait New York vu de l’Empire State,

Un tout petit New York, certes,

Mais quand même…

 

 

Jambinai

C’était quelque part, au croisement du Punk et de la musique traditionnelle de Corée du Sud. C’était dans un autre espace-temps, une autre harmonie, une autre douceur qui ferraille avec l’acier et le métal. Des cordes comme des prolongements des doigts, et puis du bois avec lequel le corps fait corps… Qui se joue de qui, ? Qui est l’instrument de l’autre… ? Jambinai n’aura pas, ce soir, répondu à ces questions, mais m’aura offert un beau voyage, hors confort et repères,  loin, très loin…

Encore un beau concert, encore une belle soirée…

 

Cloches et Glas

Elle a la tête courbe,

La stèle,

Comme pour adoucir la pierre,

Et arrondir les angles

De l’Histoire

Qui aimerait une autre Mémoire,

Un passé pas si sombre

Et moins de sang versé,

Noirci par les années,

À se voiler la face

À tenter d’oublier que le port n’était pas

Que de coton

Et de café,

À passer sous silence,

Les cales hurlantes et tourmentées,

De la douleur des hommes,

Des souffrances des femmes,

Et des pleurs des enfants

Esclaves des marchands

Sans âmes

Infâmes.

Maigre stèle,

Petite,

Pour grande honte.

(Esplanade Guynemer, plaque commémorative)

Bleus d’Étretat

Comme des géants de calcaire,

Elles veillent, les falaises.

Sur tout, et surtout l’horizon,

La ligne de démarcation

Entre le ciel et la mer,

Entre les bleus en écho,

Entre l’Éther et l’Eau.

 

Comme une coquille fragile,

Triangle de toile dressé,

Apprivoisé par la brise,

Le voilier glisse, humblement.

Mer d’huile et douceur de l’air,

Pour une rencontre pacifique,

Dans une Manche de l’Atlantique…

 

bleus-detretat-1

Il est des lieux et des paysages dont les sens ne se lassent pas. Parmi eux, Étretat.