L’Improbable Bijouterie

Archéologue ou joaillier, voilà des métiers que j’aurais aimé exercer. Je crois que j’ai un faible pour les cailloux. C’est peut-être parce que je suis née au bord de la mer, les pieds dans les galets. Peut-être aussi parce que l’Histoire m’intéresse, et que les pierres en sont des témoins, Histoire des Hommes ou Histoire de la Terre. Et puis parce que j’aime les bijoux, même si je n’en porte guère. Ce que j’apprécie, c’est le travail du métal et des pierres, la finesse, la délicatesse, la créativité, l’ingéniosité aussi…

Je ne serai ni archéologue ni joailler, alors je fais mes petits arrangements avec la réalité.

J’ai progressé en archéologie domestique. Je suis maintenant capable de déterminer l’espace-temps écoulé depuis ma dernière chasse aux poussières. Un scrupuleux examen de l’épaisseur de la couche accumulée me le permet.

Quant à la joaillerie… j’ai trouvé une parade. Je me la joue poker, c’est à dire que je bluffe. Je fabrique de faux bijoux, dont je chaparde les éléments un peu partout. Je découpe des morceaux de ville, de vie, des perles de ciel ou de mer, des bouts d’amour et puis des chaînes. Je façonne, tourne, polis, je tricote des maillons, mais aussi des lumières, et parfois des couleurs. Puis, quand j’ai tous les éléments en main, je les assemble, patiemment, soigneusement, jusqu’à obtenir un bijou qui me semble portable, bien qu’en réalité il ne le soit pas. Je fais des bijoux numériques. Les techniques ne sont, certes, pas les mêmes que celles du joailler, mais patience et attention sont nécessaires. Désir aussi. Ou désir surtout.

Je suis une voleuse de pixels qui ne dépouille personne. Et je suis ravie de vous accueillir dans ma boutique où il n’y a rien à vendre, juste à cueillir des yeux des bijoux importables, des bijoux improbables, c’est pourquoi ma bijouterie l’est aussi.

Exemple d’une ‘boite à perles’ numérique, quelques-uns des éléments avec lesquels j’élabore des bijoux. Vous en reconnaitrez peut-être la provenance, sinon elle sera expliquée  à chaque création…. 

 

Pour découvrir la première création, la parure « Bal chez l’Armateur », cliquez  ici !

Quant à la parure « Romance à la Plage », elle est visible en cliquant là !

Une broche 500 Magiques Miroirs est venue s’ajouter à la vitrine, ici

N.B. :  Les éléments sont extraits de photos prises ici ou là, des photos qui, pour la plupart, ne présentent aucun intérêt, sauf le petit détail que mon oeil recherchait. 

 

Publicités