Bons baisers de Gorgonie

Fantastique éruption d’imagination, point de fusion entre le talent et la créativité de Bénédicte Devillers et de Michel Gouteux, la Gorgonie est une terre poétique et onirique, un pays empreint d’humour et de tendresse que l’on peut visiter sans passeport ni visa.

Invitation au voyage, bienvenue chez M. et Mme Gorgô…

 

À propos de M. et Mme Gorgô

Comme le disait si remarquablement Marcel Duchamp, « La peinture ne doit pas être exclusivement visuelle ou rétinienne. Elle doit intéresser aussi la matière grise, notre appétit de compréhension. »

Né d’une rencontre fusionnelle entre Michel Gouteux et Bénédicte Devillers deux artistes d’exception, l’univers onirique et surréaliste de Monsieur et Madame Gorgô, interroge dans la poétique de leurs œuvres cette dimension intellectuelle, en éveillant l’étrange inconnu qui sommeille en nous.

Créant en parfaite symbiose avec Michel Gouteux, qui travaille la structure de l’œuvre, c’est avec virtuosité que Bénédicte Devillers donne corps à la composition en livrant sur la toile tout un univers dans lequel sa palette sensuelle et audacieuse libère des personnages fantasques et singuliers jaillissant d’une société hybride dans laquelle l’espace et le temps n’existent plus.

Ainsi apparaissent dans la cérémonie de l’œuvre de Gorgô, des femmes aux formes voluptueuses et tentaculaires, tour à tour enfantines ou maternelles, des jeunes filles séductrices et maléfiques à la physionomie atypique et ambigüe, avec lesquelles cohabitent des créatures mi-homme-mi animal, aux malformations physiques symbolisant leur immoralité et leurs péchés.

Si la femme demeure fondamentalement présente dans la composition, on ne peut que s’attarder sur la symbolique de la naissance dans la représentation de nouveau-nés dont la posture picturale savamment exploitée par Bénédicte Devillers témoigne de l’éternel recommencement d’un monde, incarné par la présence du flamand rose à l ’esthétisme troublant.

D’une sincérité et d’une plastique picturale prodigieuses, l’œuvre de Gorgô nous raconte des histoires qui bousculent l’émotif et l’inconscient.

Visiter la Gorgonie, c’est tenter de comprendre l’absurde et l’irrationnel qui existe en chacun de nous.

Sandrine Turquier    

Ecrivain – Critique d’art

 

Interview de M. et Mme Gorgô, pour Le Havre TV

 

Cliquez ici  pour aller à l’accueil du Musée Art and Caux, et découvrir ainsi les autres artistes exposés dans mon musée de pixels.

Tandis qu’un petit clic ici vous permettra de voir d’autres œuvres de M. et Mme Gorgo exposées à la Galerie Corinne Le Monnier.

 

 

Publicités

Picasso et Dora, de Temur Gogia

Artiste Géorgien aux cordes et talents multiples, Temur Gogia inaugure une nouvelle salle du Musée Art&Caux, en cette presque rentrée…

 

Un très bel article sur Temur Gogia par Antoine FISZLEWICZ, pour le salon de l’Association des Arts Plastiques de la Pointe de Caux :

 

Retrouvez Temur Gogia sur son site :

http://www.gogia.sitew.fr/#Accueil_.A

 

Et voici une interview de Temur Gogia à l’occasion d’une exposition du Cercle des Artistes Havrais, en janvier 2017 (à partir de 45:10 jusqu’à 54:40)

Comme un Port d’attache, Didier Antoine

Naître dans un port, grandir dans un autre, ça amarre. Entre Brest et Le Havre, il en a vu des bateaux, des arrivées, des départs, des cargaisons qu’on charge ou décharge… L’artiste Didier Antoine joue avec les couleurs, se jouent des perspectives, comme la mouette joue avec le vent. Il est libre Didier, et ses œuvres le disent bien…

Bienvenue dans son port d’attache, dans un monde en couleurs…

 

Interview de Didier Antoine réalisée en février 2017, un joli moment partagé…

Vous pourrez retrouver Didier bientôt, avec d’autres œuvres, dans le musée Art and Caux, mon musée de pixels dont l’accueil se trouve

Un petit clic ICI vous permettra de découvrir d’autres œuvres de Didier Antoine à la Galerie Hamon.

 

Femmes du Métro, Charlotte Abécassis

Pour inaugurer ce musée de pixels, je vous invite à découvrir le travail de Charlotte Abécassis, dans une série toute en couleurs, délicatesse, et élégance : ‘Femmes du Métro’

 

Charlotte ABECASSIS, par Corinne Le Monnier

Née en 1962 au Havre,

Diplômée de l’École Supérieure des Arts Appliqués de Paris, elle a exposé en Allemagne, à Paris, à Cannes, au Salon d’Automne et créé le Cercle des Artistes Havrais.

Même si dans sa Peinture, elle tient le réel à distance, elle n’en puise pas moins ses émotions dans les lieux chers à son cœur : devenue Parisienne d’adoption, les bords de Seine où la lumière scintille, les berges où il fait bon flâner, le jardin du Luxembourg, terre de jeux de son enfance lui ont inspiré nombre de « promenades »… Mais c’est le Havre qui reste sa « terre promise » : les lumières, les couleurs et les formes à couper le souffle … À chaque séjour, le charme opère avec un autre vocabulaire : le Port et le chant des Sirènes, la mer qui ondule les jours de gros temps ou qui s’adoucit l’Été, l’Architecture aux contours aigus de cette terre Maritime qui respire en profondeur…

C’est la Musique qui guide ses pas et lui donne l’impulsion de la Couleur :

La Palette tantôt feu, tantôt poudre, s’épanche naturellement sur la surface toile ou papier, pour accompagner un sujet naissant… Le personnage reste au centre de ses préoccupations, recueilli souvent dans une nouvelle terre de la Sagesse, le rêve tapi au plus profond de lui-même. Dès lors se superposent des compositions empruntées au Japon ancestral, à la Perse mutique, à l’Orient céleste sous de discrètes harmonies nacrées ou feutrées dans une écriture qui lui est si particulière.

Charlotte dans son atelier :


Un petit clic ici vous permettra de découvrir d’autres œuvres de Charlotte Abécassis exposées à la Galerie Corinne Le Monnier

 

Et un petit clic vous emmènera sur la page du Musée Art and Caux