Le Grand Sommeil…

Endormie dans l’obscuritérantisme ambiant, Marianne avait laissé glisser la couverture sur la droite du lit. La masse, le poids cumulé, et la loi de la gravité aidant, la couverture menaçait de tomber au plus bas. Marianne allait bientôt se retrouver nue, frigorifiée, dans les ténèbres et l’air glacial.

Sauf à se réveiller, rallumer ses Lumières, et tirer la couverture d’un grand coup de l’autre coté…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s