Palette berlinoise

1 Traban

 

Il y a dans le ciel comme un air de bleu… Pas un nuage, pas un éclair, à peine un souffle d’air pour faire valser le turquoise et marine des robes légères… Et l’outremer s’étend langoureusement sur le sable d’une plage que Berlin s’invente. Bienvenue à Check Point Charlie Beach pour un dernier verre …

 

2 Palette

 

… Avant que le soir élégant dans son complet de safre et de smalt n’allume quelques loupiotes et lanternes, pour que la nuit soit belle quand sonneront les douze coups du bleu de Minuit…

 

3 Palette

 

En attendant, sur nos papilles, au palais de nos délices, framboises et groseilles, fruits rouges gros de soleil, auront mêlé leurs notes acidulées, sucrées, et fraiches en une divine symphonie. La ville se fait gourmande…

 

4 Palette

 

5 Palette

 

A l’Est, rien de nouveau puisqu’ici aussi le rouge est mis. Mais d’une toute autre manière, qui s’étale en briques et blocs sur les murs d’un hôtel de Ville d’architecture massive, rappelant la puissance d’un autre rouge, en un autre temps.

Et, à ses pieds, comme partout dans la capitale, les sous-sols suintent encore des larmes de sang, de tout le sang versé et des cœurs en miettes. Et la mémoire se murmure intarissablement, parce qu’il ne faut pas oublier…

 

6 Palette

 

Là-haut, au deuxième étage de la Terre, l’artiste œuvre sans relâche, il repeint la ville à sa manière. Le gazon se transforme en paille, les peaux se font ambre ou miel, et les cheveux blondissent. Invité vedette de ce milieu d’été, il rythme les pas, ralentit les cadences, fait plisser les yeux, voire… tourner les têtes. Le soleil… !

L’astre répand ses ors sans discernement, et rayonne jusqu’aux petites plaques de bronze des trottoirs de Kreuzberg. Petits pavés brillants au fond d’un océan d’inhumanité crasse, petites étoiles de mer fracassées dans les vagues barbares, et marquées du jaune de la honte…

 

7 Palette

 

… Honte, peur, trahison, cruauté, autant de sinistres ingrédients pour noircir encore l’encre sur les pages sombres de l’Histoire. Berlin, où l’horreur n’a trouvé de limites, hiérarchie de papier carbone pour ordres de barbarie multipliés, à l’infini… Au noir d’ivoire du ciel, les corbeaux de la peur, tournoyaient à leurs aises, ailes grand déployées… Ils étaient bien nourris…

 

8 Palette

(Mémorial de l’Holocauste, 2711 stèles de tailles différentes)

Chape de plomb sur la ville, rideau de fer pour mieux diviser, et le ciel vira au gris. Gris, comme les uniformes de la Stasi, et comme le béton, armé lui aussi, du mur de la séparation et de l’enfermement. Au cours de la sorgue, les bombes pulvérisaient le basalte du ciel, découchant des nuits blanches, accouchant de la mort. …

 

9 Palette

 

Et puis il y eut un autre matin, plus clair, comme un printemps en hiver. Le brouillard se dispersait en masses sombres, laissant la place à des nuages laiteux. Une crête d’Espoir avait apprivoisé le ciel devenu plus lumineux. Berlin fermait alors un livre, et ouvrait un nouveau cahier, plein de pages blanches à écrire…

 

10 Palette

 

11 Palette

 

L’aube de ce matin-là s’était teintée de rose… Puis le ciel repris ses couleurs, ses humeurs, reflétant celles du monde, de la vie, et des hommes aussi.

Mais du rose, Berlin en a gardé aux joues, et son cœur palpite d’une énergie nouvelle. Amoureuse de la vie, trépidante d’idées et d’idéaux, la Grande se refait une jeunesse…

 

12 Palette

 

… Au vert. Nichée dans un écrin émeraude de bois et de forêts, de parcs et jardins, la ville chatoie telle une pierre taillée, avec la Spree en filigrane…

 

 

Et puis, quand la belle opale a déployé tout l’éventail de ses couleurs d’un jour, le soir se glisse et l’étreint, et sur elle il se couche. Toujours elle se laisse faire. Alors, l’écho de son plaisir nocturne embrase les lanternes, lampions et feux de joie, et partout se reflète…

 

 

Ma palette incomplète, empreintes-couleurs de quelques jours, touches d’ombre et de lumière tracées par la mémoire des yeux. Berlin, ville sans fard mais pas sans caractère, sait hisser haut les couleurs et faire chavirer les cœurs…

 

Carnet de route ‘Berlin’ à suivre… :

C’était comment, Berlin, avant ?  :  ici,

La Tour de Télévision : ici,

Un peu d’architecture : ici,

Prenzlauer Berg en ombres et lumières : ici,

Gertrud : ici,

East Side Gallery : ici,

Anastasia, Musée Juif de Berlin : ici,

Poudre de Berlimpinpin : ici,

voire Le Dôme du Reichstag :  ici,

Street Art in Berlin : ici,

ou Nefertiti, Berlin :  

Et Lumières de Berlin :  !

Publicités

16 réflexions sur “Palette berlinoise

  1. Pingback: Lumières de Berlin | La plume de mouette

  2. Pingback: Nefertiti, Berlin | La plume de mouette

  3. Pingback: Street Art in Berlin | La plume de mouette

  4. Pingback: Poudre de Berl’impinpin | La plume de mouette

  5. Pingback: Le Dome du Reichstag, Berlin                                | La plume de mouette

  6. Pingback: Anastasia, Musée Juif de Berlin | La plume de mouette

  7. Pingback: East Side Gallery, Berlin | La plume de mouette

  8. Pingback: Gertrud, Berlin. | La plume de mouette

  9. Pingback: Berlin, Prenzlauer Berg, en ombres et lumières … | La plume de mouette

  10. Pingback: Un peu d’architecture, Berlin | La plume de mouette

  11. Pingback: La Tour de Télévision, Berlin | La plume de mouette

  12. Pingback: C’était comment, Berlin, avant ? | La plume de mouette

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s