D’apostrophe en virgule…

Je lui ai dit bonjour, ce matin,

Il n’a pas répondu, hautain,

A conservé sa superbe,

M’a regardée avec dédain.

Pourtant il m’apostrophait hier soir,

Couché en boule, sur l’oreiller,

Ponctuation en blanc et noir,

Jamais en retard, ponctualité.

Dans l’activité nocturne,

Si mon amant me décoiffe,

Lui aime à remettre de l’ordre,

A coups de griffes dans ma tignasse.

Le manteau de la nuit s’étend,

Et à mes pieds, minuscule,

L’apostrophe redescend,

Et redevient simple virgule.

Quand le drap froissé indique,

Que j’ai congédié le sommeil,

Et qu’aux rêves je fais la nique,

Alors remonte ma merveille.

J’ouvre un œil, et puis les deux,

Je vois sa tête, sur moi penchée,

Comme si j’étais petit oiseau,

Et qu’il allait bien s’amuser.

J’aimerais qu’il vienne câliner,

Que dans mes bras il s’étende

Mais il a d’autres projets,

J’l’attrape, c’est moi qui commande.

Enfin … c’est ce que je croyais …

Black and white B - copie 2

Vous pouvez retrouver la version audio de ce texte sur l’audioblog d’Arte, en cliquant ici :

http://audioblog.arteradio.com/post/3067893/d_apostrophe_en_virgule__/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s