Dis-moi, sais-tu que je t’aime, toit ?

TOIT TOIT MON TOIT 2

 Lorsque le jour tombe la veste et s’enrobe petit à petit de son manteau de lune, je scrute.

Je scrute la ligne de toi, la ligne de toits, pour des verticales et horizontales qui se croisent et découpent la nuit. A-plats de blanc, noir, gris, reliefs qui s’écrasent, perspectives diminuées, la troisième dimension est partie se coucher, il en reste deux qui sont de garde et font des rondes.

Les chats aussi font des rondes, ou tiennent de grands conciliabules sur les pentes et murets. Il faut que les ombres se tiennent à carreau, que chaque étoile reste suspendue à sa place, que rien ne sombre…

Pendant ce temps, le jour se repose, reprend des forces afin d’être en forme pour, dès le matin d’après, soulever par dessus les mêmes toits un nouveau soleil…

TOIT TOIT MON TOIT 1

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s